Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le mâle d'amour

Le titre de ce recueil donne des frissons. Il questionne et tient éveillée l'intérêt de la découverte se démultiplie : les intrigues se parachèvent, se complètent, se correspondent, érigeant une agréable construction dont l’équilibre forme une mosaïque sociétale précise. Souvent, les nouvelles laissent une faim, un besoin foncier de poursuivre l’histoire. On peut alors demeurer confus, frustré et interrogatif après la lecture d’un recueil de nouvelles. Et ce qui aurait pu se comprendre ou se délecter comme une réalité vivante se putréfie dans un douteux et difforme panachage susceptible d’être oublié. Ou pas du tout, car il y a des textes qui nous habitent toujours. Mais la nouvelle comme genre occupe dans la littérature une place de choix. Elle a ses règles et l’une des réussites de ce recueil c’est justement que les auteures ont réussi à respecter ces critères.

 

Le mâle d’amour a été publié chez Symphonia en décembre 2020. Dix nouvelles y sont réunies, dix textes qui couronnent la question du rapport amoureux en lien avec l’homme ou des irascibilité humaines autour d’une question d’amour. Le titre est effrayant, une fulmination, un non dit qui déballe la vie de chaque personnage en lien avec son milieu de vie qui se suit au gré de ces pages, entre amours, infidélités et questionnements. Dix vies, dix amours, construits, brisés ou éclipsés. Les auteures, d’une plume féconde, façonnent des vies, des silhouettes, des histoires et l’amour. Les personnages s’insèrent dans des mondes variés, mais ordinaires, car en fin de compte même l’extraordinaire se passe dans l’ordinaire. Chaque histoire constitue une sorte de fil « continuateur » dans le recueil. Mélanie, de la nouvelle «l’épreuve», successivement jolie, futée, enjouée, mais aussi à la quête d’un amour sincère, de la réalisation d'un projet, de la réalisation de soi… Ces variantes personnifications conçoivent une uniformité du recueil, mais l’ancrent aussi dans une forme d’attente que l’on retrouve par exemple dans la nouvelle «les rives du passé» où Tania entretient des attentes sur un secret qui ne l’a jamais été en réalité. Une histoire d’amour de jeunesse, une grossesse, un questionnement sur l’avenir la fuite, le reniement, puis le retour, le besoin de miséricorde. Des ingrédients essentiels pour l’amour…

 

L’interconnexion entre les nouvelles du recueil est assez délicate et mesurée pour que chacune des nouvelles constitue un univers à part entière. L’une des grandes réussites des auteures de ce recueil demeure dans leur capacité à imprimer un synchronisme dans la diversité, une continuité. Cela est certainement dû à la thématique d’ensemble. Les histoires jaillissent de cadres divers certes, mais elles développent toutes la thématique de l’amour ou des relations hommes-femmes ou enfant-parents. Chacun de ces personnages est, d’une manière ou d’une autre, confronté à l’amour. Mais, d’un texte à l’autre, les contextes varient et laissent une surprise au bout de chaque page. C’est le cas de la nouvelle «Dieu ne peut rien pour nous» où jusqu’à la fin on ne sait pas où l’auteure nous mène. Une nouvelle un peu différente parce qu’elle introduit la thématique des diversités sexuelles sans vraiment l’approfondir. On y retrouve le thème de la jalousie et de l’infidélité. «Noces à Gradignan» réveille la conscience sur l’infidélité/jalousie et sur ce qu’elle peut engendrer du point de vue de l’équilibre affectif.

 

Le mâle d’amour, c’est aussi dix nouvelles qui embrassent des situations diverses qui traduisent les problèmes et les défis de l’amour aujourd’hui. «Fleur du mâle» est une nouvelle parfaite. Non seulement elle est bien menée, mais elle déroule plusieurs thématiques de manière assez surprenante. Et de cette nouvelle, comme des neuf autres, paradoxalement, l’amour est détaillé dans toute sa complexité que ce soit l’amour charnel (eros) ou spirituel (philia et agapè). Dans tous ces textes, des personnes s’aiment, se trahissent, se séparent comme si c’était la loi du cosmos, un mal et un mâle d’amour.

 

Dans le regard du mâle, je vous invite à lire ce recueil et à découvrir les autres nouvelles qui sont très intéressantes. Batseheba, Désir à fleur de peau, Diella et Osub, Le karma est une pute, La loi de l’homme.

Nathasha Pemba

 

Collectif, Le mâle d’amour, Libreville, Symphonia, 2020.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article