Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathasha Pemba- Le Sanctuaire de la Culture

Articles avec #venise ou la traversee

Katherine Pancol : Pensées inspirantes

27 Juillet 2020, 05:48am

Publié par Nathasha Pemba

Pensées inspirantes Katherine Pancol
Crédit photo : Wikipédia

heart"Il y a des gens avec qui l'on passe une grande partie de sa vie et qui ne vous apportent rien. Qui ne vous éclairent pas, ne vous nourrissent pas, ne vous donnent pas d'élan. Encore heureux qu'ils ne vous détruisent pas à petit feu en s'accrochant à vos basques et en vous suçant le sang. Et puis... Il y a ceux que l'on croise, que l'on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demie-heure et changent le cours de votre vie".
 

(Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)

 

heart"La vie avait continué après, la vie continue toujours. Elle te donne des raisons de pleurer et des raisons de rire. C'est une personne, la vie, une personne qu'il faut prendre comme partenaire. Entrer dans sa valse, dans ses tourbillons, parfois elle te fait boire la tasse et tu crois que tu vas mourir et puis elle t'attrape par les cheveux et te dépose plus loin. Parfois elle t'écrase les pieds, parfois elle te fait valser. Il faut entrer dans la vie comme on entre dans une danse. Ne pas arrêter le mouvement en pleurant sur soi, en accusant les autres, en buvant, en prenant des petites pilules pour amortir le choc. Valser, valser, valser. Franchir les épreuves qu'elle t'envoie pour te rendre plus forte, plus déterminée."

(Les yeux jaunes des crocodiles)

 

heart"Pour bien vivre, il faut se lancer dans la vie, se perdre et se retrouver et se perdre encore, abandonner et recommencer mais ne jamais, jamais penser qu'un jour on pourra se reposer parce que ça ne s'arrête jamais... La tranquillité, c'est plus tard que nous l'aurons."

(Les yeux jaunes des crocodiles)

 

heart"On a souvent tendance à croire que le passé est le passé. Qu'on ne le reverra plus jamais. Comme s'il étais inscrit sur une ardoise magique et que l'on avais effacé. On croit aussi qu'avec les années, on a passé à la trappe ses erreurs de jeunesse, ses amours de pacotille, ses échecs, ses lâchetés, ses mensonges, ses petits arrangements, ses forfaitures. On se dit qu'on a bien tout balayé. Bien fait tout glisser sous le tapis. On se dit que le passé porte bien son nom : passé. Passé de mode, passé d'actualité, dépassé."

(Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)

 

heart"Il y a des gens dont le regard vous améliore. C'est très rare, mais quand on les rencontre, il ne faut pas les laisser passer.​​​​​​"

(Les yeux jaunes des crocodiles)

 

heart"J'ai compris que le Bonheur, ce n'est pas de vivre une petite Vie sans embrouilles, sans faire d'erreurs ni bouger. Le Bonheur c'est d'accepter la lutte, l'effort, le doute, et d'avancer, d'avancer en franchissant chaque obstacle."

(Les yeux jaunes des crocodiles)

 

heart"On maudit une épreuve, mais on ne sait pas, quand elle nous arrive, qu'elle va nous faire grandir et nous emmener ailleurs. On ne veut pas le savoir. La douleur est trop forte pour qu'on lui reconnaisse une vertu. C'est quand la douleur est passée, qu'on se retourne et qu'on considère, ébahi, le long chemin qu'elle nous a fait parcourir."

(Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)

 

heart"C'est vrai quoi ! On n'est pas obligé d'être heureux tout le temps, ni comme tout le monde... On invente son bonheur, on le fait à sa manière, y a pas un modèle unique. Tu crois que ça les rend forcément heureux, les gens, d'avoir une belle maison, une grosse voiture, dix téléphones, une télé grand écran et les fesses bien au chaud ? Moi, j'ai décidé d'être heureuse à ma façon...​​​​​​"

(Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)

 

heart"On a tous besoin de croire, d'avoir confiance, de savoir qu'on peut donner tout son coeur à un projet, une entreprise, un homme ou une femme. Alors, on se sent fort. On se frappe la poitrine et on défie le monde.
Mais si on doute...
Si on doute, on a peur. On hésite, on chancelle, on trébuche.
Si on doute, on ne sait plus rien. On est plus sur de rien.
Il y a soudain des urgences qui n'auraient pas dues être des urgences.
Des questions qu'on ne se serait jamais posées et que l'on se pose.
Des questions qui, soudain, ébranlent les fondements même de notre existence."

(Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)

 

heart"La vie, c'est souvent un chemin de plaies et de bosses. C'est rarement une promenade tranquille. Ou alors c'est qu'elle s'est endormie et quand elle se réveille, elle n'arrête plus de vous secouer !"

(La valse lente des tortues)

heart"_My boy, retiens ceci : on est seul responsable de sa vie. Il ne faut blâmer personne pour ses erreurs. On est soi-même l'artisan de son bonheur et on en est parfois aussi le principal obstacle. Tu es à l'aube de ta vie, je suis au crépuscule de la mienne , je ne peux te donner qu'un conseil : écoute, écoute la petite voix en toi avant de t'engager sur ton chemin... Et le jour où tu entendras cette petite voix, suis-la aveuglément... Ne laisse personne décider pour toi. N'aie jamais peur de revendiquer ce qui te tient à coeur."

(Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)

 

Le Sanctuaire de la Culture

Voir les commentaires

Citations sur Les vertus de l'échec de Charles Pépin

14 Juillet 2020, 11:12am

Publié par Nathasha Pemba

heartIl y a les échecs qui induisent une insistance de la volonté, et ceux qui en permettent le relâchement ; les échecs qui nous donnent la force de persévérer dans la même voie, et ceux qui nous donnent l'élan pour en changer. Il y a les échecs qui nous rendent plus combatifs, ceux qui nous rendent plus sages, et puis il y a ceux qui nous rendent simplement disponibles pour autre chose.

 

heartSans nos ratés, nos déconvenues, les satisfactions les plus profondes de l'existence nous resteraient inconnues. On le pressent: l'échec a un lien avec la joie. Peut-être pas le bonheur, mais avec la joie.

 

heartS'identifier à son échec, c'est se dévaloriser jusqu'à se laisser gagner par un sentiment de honte ou de l'humiliation. Toute identification excessive comporte une dimension mortifère, une fixation. Or, la vie est mouvement.

 

heartLorsqu'un sportif ose un coup de maître, c'est parce qu'il a appris une quantité de gestes simples. Il faut répéter encore pour s'autoriser à sortir de la répétition.

 

heartChaque artiste, à l’heure de tenter quelque chose de neuf, accepte la possibilité de ne pas y parvenir. La beauté de son geste tient à cela.

 

heartNos échecs sont des butins, et parfois même de véritables trésors. Il faut prendre le risque de vivre pour les découvrir, et les partager pour en estimer le prix.

 

heartRéussir ses succès, c'est comprendre qu'ils doivent être surmontés autant que des échecs.

 

heartLe succès c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme.

 

​​​​​​heartLes succès sont agréables, mais ils sont souvent moins riches d'enseignement que les échecs. Il est des victoires qui ne se remportent qu'en perdant des batailles.

 

heartLorsque nous manquons d'audace, nous souffrons peut-être d'un déficit d'admiration. Sans maîtres inspirants, l'expérience et la compétence risquent d'écraser notre singularité. L'admiration peut constituer un déclic, nous porter vers un usage audacieux de notre compétence.

 

heartApprendre à oser, c'est apprendre à ne pas tout oser, à oser quand il le faut, lorsque les nécessités de l'action exigent ce saut au-delà de ce que nous savons.

 

heartLa joie du combattant peut aussi revêtir le visage de la joie la plus prosaïque, la plus quotidienne: la joie de vivre. Lorsqu'on a traversé les épreuves, on sait le goût des plaisirs simples.

 

heartPour surmonter nos échecs, il faut donc aussi redéfinir le 'moi' : non plus un noyau fixe et immuable, mais une subjectivité plurielle, toujours en mouvement. Être existentialiste, c'est penser qu'une vie ne suffira pas à épuiser tous les possibles. Reste à ne pas passer à côté d'eux

 

heartExister, c'est vivre tendu comme un pont vers l'avenir, vers les autres, mais aussi vers ces dimensions de nous-mêmes que nous ne connaissons pas, vers ces chemins que nous n'avons pas encore empruntés, et que l'échec peut nous ouvrir. Nous souffrons davantage de nos ratés lorsque nous oublions cette vérité.

 

heartPour mieux vivre l'échec, nous pouvons déjà le redéfinir. L'échec n'est pas celui de notre personne, mais celui d'une rencontre entre un de nos projets et un environnement.

 

heartCroire que la fausse note existe dans l'absolu, c'est faire comme si le temps n'existait pas. C'est oublier que nous naviguons sur le fleuve du devenir, non dans le ciel des idées éternelles.

 

heartRéussir son succès, c'est se méfier de l'ivresse satisfaite et lui préférer une joie de créateur, plus profonde et plus soucieuse. C'est prendre le succès comme une invitation à persévérer dans l'audace- à conserver son courage- (...). C'est considérer que le succès oblige, qu'il donne une responsabilité nouvelle"

 

heartRéussir sa vie, ce n'est pas vouloir à tout prix : c'est vouloir dans la fidélité à son désir. L'échec peut être cet acte manqué qui nous rapproche d'une telle fidélité.​​​​​​

 

heartSi les victoires faciles sont des "triomphes sans gloire", elles offrent moins de joie que les succès difficiles, arrachés dans la douleur. La difficulté de la conquête nous permet d'en estimer le prix.

 

heartLorsque nous échouons, le roi en nous ne meurt pas. Il se peut même qu'il prenne conscience de sa puissance à cette occasion. Les grands rois le deviennent au combat lorsqu'ils se surprennent eux-mêmes et se révèlent aux autres. L'échec n'est certes pas agréable. Mais il ouvre une fenêtre sur le réel, nous permet de déployer nos capacités ou de nous rapprocher de notre quête intime, de notre désir profond: le roi est blessé, vive le roi !

 

heartNos échecs sont des butins, et parfois même de véritables trésors. Il faut prendre le risque de vivre pour les découvrir, et les partager pour en estimer le prix.

 

heartPrenons une situation au coeur de laquelle nous hésitons entre une option A et une option B. S'il apparaît, après examen rationnel, que l'option B est meilleure que l'autre, alors nous choisissons B. Ce choix est fondé, explicable : il n'y a donc rien à décider. Si, malgré l'examen, nous continuons à douter, manquons d'argument mais sentons néanmoins qu'il faut opter pour B, alors nous le décidons. La décision exige un saut au-delà des arguments rationnels, une confiance en son intuition. C'est précisément lorsque le savoir ne suffit pas que nous devons décider - du latin 'decisio' : action de trancher. Une décision est toujours audacieuse, : elle implique par définition la possibilité de l'échec.

Le Sanctuaire de la Culture

Charles Pépin, Les Vertus de l'échec, Paris, Allary éditions, 2016.​​​​​

Voir les commentaires

Citations inspirantes du Cardinal Joseph Albert Malula

20 Mai 2020, 06:30am

Publié par Nathasha Pemba

heartPour devenir « quelqu’un »  dans la vie, il faut mettre à la base de la vie la loi de l’effort, condition sine qua non de tout développement et de tout progrès.

 

heartEn tant que principe de vie, l’Émergence (…) offre de larges possibilités dans le domaine de l’auto-éducation. En effet, elle comporte deux aspects. Dans son aspect négatif, le principe de l’émergence signifie qu’on opte pour un refus catégorique de la médiocrité. Il faut refuser de mener une vie quelconque, une vie vulgaire, terre-à-terre. Refuser de penser comme tout le monde, d’agir comme tout le monde, de réagir comme tout le monde. Refuser de mener une vie sans relief. Avoir l’ambition de percer par son rayonnement moral, intellectuel et spirituel. Dans son aspect positif et dynamique, l’idéal d’émergence signifie la volonté dans l’homme d’aller toujours en avant, toujours plus haut, dans la conquête des hautes valeurs de l’esprit où l’on respire l’air frais de la liberté ; la volonté permanente d’ascension morale, intellectuelle et spirituelle.

 

heartLe vrai progrès et la vraie grandeur de l’homme se mesurent non pas avant tout par « son avoir plus » mais par « son être plus  consciencieux.

 

​​​​​​​​​​​​heartLa maîtrise des passions libère les énergies intellectuelles et les facultés spirituelles de l’homme. La pureté, l’amour de la vérité, la conscience de son devoir élèvent l’homme et l’ennoblissent.

 

heartLibéré des tiraillements et de la servitude des passions, l’homme acquiert un sens aigu du devoir et de ses responsabilités. Il devient capable de renoncer, de se donner à son devoir, de préférer, s’il le faut, l’utile à l’agréable. La conscience de votre devoir vous donnera l’amour du travail, l’amour du travail fini, du travail bien fait.

 

heartLa libération que l’homme attend et cherche n’est pas n’importe quelle libération mais celle qui est au service de tout homme et de tout l’homme et ouvre les horizons de l’au-delà pour la plénitude béatifiante de l’être : l’homme doit donc donner un sens à sa liberté et à sa libération.

 

heartL​​a liberté doit toujours s’accompagner à la fidélité au principe d’émergence: « (…) La fidélité au principe d’Émergence se vit toujours dans une tension continuelle entre « être un citoyen comme tout le monde » et « être un citoyen pas comme tout le monde ». La vraie élite d’un peuple se recrute parmi les citoyens  « comme tout le monde.»

 

heartLe mensonge n’a pas les mêmes droits que la vérité.

 

heartPriver l’homme de la vérité pour emprisonner son esprit par des mensonges est un manque de respect et un attentat  à sa dignité d’homme libre.

 

heartLa vérité n’est ni noire ni blanche, elle dépasse et domine les individus, le temps et l’espace. Elle est indépendante de ceux qui l’attaquent et de ceux qui la défendent. Nous y avons tous droit, car elle est la vie de notre esprit. La vérité nous délivre de l’esclavage, de l’erreur et du mensonge.

 

heartLes hommes d’élite sont ceux qui dans leur vie, cherchent toujours ce qui est le meilleur, ce qui élève l’homme. Ils refusent catégoriquement la médiocrité. Ils ont pour ainsi dire fait alliance avec le meilleur. On dira Ad Majora natus sum: Le meilleur est ma destinée.

 

heartQuand on regarde les hommes vivre, on peut distinguer grosso modo trois catégories d’hommes :

1-Des hommes qui n’ont aucune personnalité et qui font comme tout le monde, pensent comme tout le monde et vivent comme tout le monde. Ils ont en quelque sorte “pactisé” avec la médiocrité;

2-des hommes qui croient qu’être personnel signifie refuser tout conseil; ils font comme eux-mêmes pensent et veulent; leur point de référence est eux-mêmes. Eux aussi, sous certaines apparences de bien, vivent dans la médiocrité parce que, au fond, ils s’enferment dans leur égoïsme;

3-des hommes qui, par leurs efforts continuels et persévérants, cherchent toujours à s’élever ou ce qui élève, à agir selon ce qui est meilleur, ce qui est bien, (...) ce qui est parfait. Ce sont des gens qui refusent la médiocrité parce que le meilleur est leur destinée.

 

​​​​​​heartAvoir confiance en quelqu’un, (...) c’est croire en la bonté de quelqu’un croire en son désir de faire le bien, en sa volonté et en sa puissance de faire du bien. Alors on peut se donner à lui, on se remet et on s’abandonne à lui, parce qu’on sait qu’il veut et qu’il peut faire du bien.

 

heartAu fil des années j’ai compris que seuls les hommes de principe sont capables de réaliser des choses durables et utiles à la société. C’est pourquoi plutôt que de chercher à paraître, j’ai opté pour « être ». Paraître est une chose facile mais ça ne dure pas. Tandis que « être », c’est difficile à acquérir, mais ça dure. J’ai opté donc pour ce qui dure, avec comme idéal : émergence, science, conscience et transparence. Cet idéal est, certes, difficile à poursuivre ; il exige un effort constant. Je ne réussis pas toujours. Mais je persévère parce que je sais que mon idéal trace mon itinéraire et donne un sens à ma vie. Il me donne aussi la joie de vivre parce que j’ai conscience de faire quelque chose de bien, d’utile et de durable pour les autres.

 

heartDans la vie, j’ai toujours craint une chose : Être en dessous de ma tâche.

 

heartLa science est un grand bien, mais la science sans la conscience est désastreuse. La conscience est cette voix intérieure qui rappelle à l’homme la vérité sur lui-même. Elle lui dit ce qui est bien et mal ; elle le renseigne sur ce qu’il doit faire et sur ce qu’il ne doit pas faire. La conscience bien formée donne à l’homme le sens du devoir et le sens des responsabilité.

 

​​​​​heartSe faire toujours une grande idée de sa tâche et de ses responsabilités dans la société rend l’homme consciencieux et le stimule à se hisser toujours à la hauteur de ses tâches.

 

heartDe la manière dont vous accomplirez  votre devoir dépendront le bien et le bonheur des autres. Efforcez-vous de joindre la conscience à la science et à la compétence. Efforcez-vous de vous faire surtout une idée grande de votre devoir.

 

heartCe qui fait la vraie valeur de l’homme, c’est avant tout la force de volonté, son caractère trempé qui le fait entreprendre une tâche dure et la mener à bonne fin avec une conscience professionnelle à toute épreuve.

 

Nathasha Pemba

Le Sanctuaire de la Culture

 

Ces extraits proviennent des oeuvres complètes du Cardinal Malula, plus précisément du Volume 6.

Voir les commentaires

Commémorations : Fête des Mères et abolition de l'esclavage

10 Mai 2020, 09:08am

Publié par Nathasha Pemba

undefined
Crédit photo : Paris Match

Les deux commémorations de ce jour me font penser à elle : Michelle  .


Chez nous au Canada  , c'est la fête des mères aujourd'hui. J'ai donc une pensée pour toutes les femmes, ma mère et toutes les mères. Et... Michelle reste à bien des égards un modèle de mère. Depuis quelques années déjà, je mène des recherches personnelles sur la question de la femme. Je me suis rendu compte que quelle qu'en soit la discipline, il y a toujours un retour sur la maternité... ou l'idée de Maternité, qu'elle soit physique ou pas.

 

Entre Madame De Beauvoir qui a dit que la maternité n'était pas son lot; Malula qui a dit que dans la tradition africaine une fille, peu importe son âge est d'abord considérée comme une mère; Marie Gérin-Lajoie qui a accordé une importance particulière à la femme en tant que femme et mère au sein d'une famille... et bien d'autres encore, je pense que l'idée de maternité ne peut être réduite à la procréation... Elle va bien au-delà. Elle est au-delà. On parle souvent de l'Afrique comme étant une terre assoiffée de fécondité. Plusieurs critiques se limitent à la démographie, mais peu comprennent que la fécondité de la femme africaine est universelle... elle est souvent spirituelle (virtuelle) d'ailleurs. Quand on arrive chez elle, peu importent vos origines ou votre âge, elle vous accueille avec une attitude maternelle.


Aujourd'hui, pour le monde "Afro-partout", c'est la commémoration de l'abolition de l'esclavage... une histoire ? Une mémoire... mais un effet dur parce que si l'histoire de l'esclavage est un patrimoine, c'est un patrimoine immatériel faits de sueurs et de sang. L'abolition est faite d'espérance. Il y a quelques jours, je regardais le nouveau documentaire de "Becoming" sur Netflix, et j'ai constaté que Michelle n'a pas honte de ses origines. Elle le rappelle... et être descendante d'esclaves est une responsabilité. Elle essaie de donner le meilleur d'elle-même pour continuer à être une femme inspirante... parce que quand on arrive là où elle est arrivée, on sait qu'on devient une référence... peut-être pas une référence inébranlable, mais une référence... Pas une référence unique, mais une référence qui engendre d'autres références... Elle nous invite à comprendre que nous avons toutes et tous notre place dans le monde
heart


"J'ai eu la chance de pénétrer dans des châteaux, des salles de classe de quartiers défavorisés et des cuisines de l'Iowa, en essayant simplement d'être moi-même, en essayant de nouer un contact. Pour chaque porte qui s'est ouverte devant moi, j'ai tenté d'ouvrir ma porte à d'autres. Et, au bout du compte, voici ce que j'ai à dire: accueillons-nous les uns les autres. Peut-être alors commencerons-nous à moins nous laisser gouverner par nos peurs, à nous faire moins de fausses idées, à nous délester des préjugés et des stéréotypes qui nous divisent inutilement. Peut-être serions-nous mieux à même de saisir ce qui nous rapproche. Il ne s'agit pas d'être parfait. Il ne s'agit pas de savoir où mène notre route. Accepter d'être reconnu et entendu, de s'approprier son histoire singulière, de faire résonner sa voix véritable est une force. Et être disposé à rencontrer et à écouter l'autre est une grâce. Voilà quel est à mes yeux, le chemin de notre devenir"

 

Michelle Obama, Devenir, p. 485

 

Nathasha Pemba

Voir les commentaires

Leçons tirées de la mini-série Hollywood

9 Mai 2020, 04:09am

Publié par Nathasha Pemba

Je viens de regarder la mini-série Hollywood sur Netflix... 

 

Petit résumé: 

Hollywood est une mini-série télévisée américaine en 7 épisodes de 44-57 minutes. Elle a été créée Ryan Murphy et Ian Brennan. Elle est diffusée sur NetflixLa série se déroule plein âge d'or Hollywoodien, juste après la Seconde Guerre mondiale. Elle accompagne un groupe d'artistes dont le rêve est de faire carrière dans le cinéma. C'est un docu-fiction.

​​​​​​

Ce film a l'avantage de parler de l'histoire, mais aussi des difficultés rencontrées par des personnes jugées comme différentes par la société... Ils ont pris le pouvoir dans le monde du cinéma... 

J'en ai gardé quelques phrases inspirantes...

 

 

heart*"La grandeur vient du raffinement"

****

Il y a un dialogue essentiel dans l'épisode 7... l'échange entre Camille Washington (Laura Harrier) et... Hattie McDaniel (Queen Lattifah)

Camille Washington : Je suis ravie qu'on se voie si fréquemment. Sans vos conseils, je ne sais pas comment j'aurais tenu pour la première, les interviews...

Hattie McDaniel : Les nominations pour les Oscars sont pour bientôt...

Camille Washington : Ah tiens ! vraiment ?

(...)

Hattie McDaniel: D'après ce ce que je sais, c'est que tu as vraiment tes chances

Camille Washington : On verra

Hattie McDaniel : Alors écoute, si tu es nominée, je veux que tu te fasses entendre. Ne te la joue pas craintive. Tu iras à chaque inauguration, à tous les déjeuners pour répondre aux questions comme si c'était ce qu'on t'avait demandé de plus profond. Compris ? Et ne te laisse pas intimider. J'ai encaissé les coups, j'ai dû me taire. J'ai travaillé dur toute ma vie. Je savais qu'il fallait que je mette les bouchées doubles pour y arriver. Pour être la première. Je l'ai fait.

(...)

Quand tu iras à la cérémonie, assieds-toi au premier rang. Crie, hurle, bats-toi s'il le faut. Exige le respect qui t'est dû. Peu importe que tu gagnes ou perdes. L'enjeu est bien plus grand. Ce qui compte, c'est d'être là parmi les autres.

(...)

Alors vas-y et montre que tu es à ta place. Pour moi, pour nous tous...

***

"Votre histoire est importante. N'en doutez jamais. Racontez votre histoire. Vous comptez. Votre vie a de la valeur. Alors, sortez et vivez votre vie en gardant la tête haute, et racontez-la car je suis la preuve que des gens veulent l'entendre". Archie Coleman (Jeremy Pope)

 

heartheartheart

 

Dans la vie, il y a toujours des gens pour nous décourager, nous conduire vers une haine de nous-même. Mais, il y a aussi des gens qui nous ouvrent les portes de notre réalisation sans nous juger... Il faut toujours savoir les remercier, peu importe.

 

J'ai adoré cette mini-série que je vous recommande de regarder aussi.

 

Nathasha Pemba

 

 

Voir les commentaires

Oser la Confiance d'Emmanuel Delessert : pensées inspirantes

28 Avril 2020, 08:38am

Publié par Nathasha Pemba

heart "Avoir confiance est un sentiment agréable"

 

heart"Se sentir confiant, c'est éprouver la confortable certitude que les choses vont me sourire, que l'issue d'un problème sera favorable, que les risques sont donc moindres"

 

heart "Il est parfaitement envisageable de faire confiance à quelqu'un que l'on ne connaît pas, voire envers qui on n'éprouve aucun sentiment positif, par exemple dans une situation d'urgence"

 

heart"Faire confiance, c'est toujours prendre des risques"

 

heart" C'est en faisant confiance, au sens fort de cette expression, que l'on produit du sens, de la valeur, de l'estime de soi et des autres"

 

heart"Oser faire confiance, donc, c'est remettre l'incertitude à sa juste place, la plus savoureuse, celle qui fait qu'il y a des espaces à conquérir, des victoires à remporter, des rencontres à vivre, des expériences à tenter, même si certaines échouent. C'est échapper au fantasme mortifère et soporifique d'un parcours privé de surprises, sans virages, sans heurts, sans changements de cap, qui sont autant d'occasions de déployer d'innombrables vertus, qui risquent, sinon, de demeurer insoupçonnées. C'est enfin se réconcilier avec une réalité que l'on ne rencontre jamais aussi parfaitement que lorsqu'on ose la bousculer, découvrant, au coeur même de sa résistance, que souvent elle sait se plier à la force lumineuse de nos envies"

 

heart "La vie nous réserve pourtant de belles surprises et nous prouve parfois que nous avons raison de compter sur les autres, même dans les moments où nous doutions le plus"

 

heart"Faire confiance, c'est assumer la responsabilité de ce qui adviendra"

 

heart"Il est essentiel, pour rencontrer quelqu'un d'autre que soi, de donner de la consistance à notre rapport avec les autres"

 

heart"Faire confiance, c'est décider qu'il y aura du sens, qu'il est à imaginer ensemble, et qu'i ne nous préexiste pas"

 

heart"Faire confiance, c'est voir en l'existence des autres une proposition perpétuelle, bien supérieure à tout autre fait du monde"

 

heart"La possibilité d'être déçu ne justifie en rien de renoncer à faire confiance, ou de ne faire confiance qu'à moitié"

 

heart"Une personne qui a échoué dans le cadre limitatif d'une exigence peut tout à fait manifester des qualités autres à l'occasion d'une invitation différence"

 

heart"Savoir faire confiance, c'est accepter de se remettre en cause, et accepter que les autres ne sont pas ce que nous croyons ou voulons qu'ils soient"

 

heart"Le fait d'être déçu ne signifie pas qu'il faille moins faire confiance"

 

heart"Faire confiance, c'est se montrer curieux de ce que l'autre est et fera, des chemins qu'il empruntera, se disposer à accueillir les fruits de son action"

 

heart"Être libre, ce serait réussir à s'affranchir des bornes ordinaires que le réel impose à nos existences"

 

heart"Les hommes et les femmes qui nous entourent sont des éléments indispensables à la constitution de notre individualité, ils occupent un rôle central dans l'éveil et le déploiement de nos forces. Si nous sommes forts, c'est sans doute moins contre les autres que grâce à eux" 

 

heart"L'on n'est pas fort quand on est seul, malgré toute la séduction que peut exercer la perspective de posséder une emprise directe sur les choses, d'éviter toute concession et d'être au plus près de soi, de ses potentialités premières"

 

heart"Le respect de notre singularité, l'estime de soi, le sens de notre propre existence, que nous sommes parfois tentés de viser faisant abstraction des autres, gagnent à être recherchés, encore et toujours, au sein de nos interactions les plus ordinaires"

 

heart"Faire confiance, c'est laisser venir à soi la nouveauté dons les autres sont porteurs et leur permettre de fissurer quelque peu la sphère close de la répétition"

 

heart"L'estime de soi, à son tour, se nourrit de la solidarité humaine "

 

heart"S'engager dans une vraie amitié, c'est faire confiance à l'autre pour qu'il ne nous cède rien, ne nous facilite pas la tâche, pour qu'il aiguise nos forces en les incitant à s'exprimer pleinement"

 

heart"La reconnaissance des autres a aussi la vertu de mettre en valeur à nos yeux des qualités dont nous n'étions nous-mêmes ni tout à fait certains, ni vraiment conscients"

 

heart"Faire confiance, c'est entretenir un lien avec une autre personne, c'est fabriquer, à deux, sa propre transformation"

 

heart"Faire confiance, c'est toujours décider de sortir de soi, de se confronter à ses limites, de commencer quelque chose de neuf dont l'issue, incertaine, constitue à la fois un enjeu et un attrait. S'ouvrir sur la liberté des autres, mais de façon vraie. Pas seulement sous le couvert des mots trop vagues, et finalement creux, comme celui de tolérance. C'est se laisser perturber, bousculer, façonner par ce souffle extérieur, incontrôlable parce qu'humain. C'est accueillir, douter et peut-être changer pour devenir autre, sinon mieux"

 

heart"Toute ouverture sur l'autre est une décision de soi"

 

heart"La rencontre est un lieu où les mondes se démultiplient, où le réel s’approfondit indéfiniment de toutes ces nuances que la liberté et la présence des autres lui apportent. Elle est le nom même de toutes nos aventures et sans doute le seul véritable défi que nous avons à relever. Ce que nous sommes en définitive, tient à ces moments suspendus où des mondes se sont ouverts, dans la figure d’un maître, d’un ami, d’un amour, qui ont d’abord été pour nous des parfaits inconnus avant de nous inviter à prendre un peu plus au sérieux notre présence au réel et à y imprimer ce que nous avons de meilleur"

 

heart"Faire confiance exige de la discrétion et ne gagen pas à être affiché comme une idéologie"

 

Nathasha Pemba

#TraverséedeVenise

Voir les commentaires

Le petit Prince : Pensées inspirantes

16 Avril 2020, 20:59pm

Publié par Nathasha Pemba

heartToutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants 

 

heartC'est triste d'oublier un ami. Tout le monde n'a pas eu un ami

 

heartLes baobabs, avant de grandir, ça commence par être petit

 

heartS'il s'git d'une mauvaise plante, il faut arracher la plante aussitôt, dès qu'on a su la reconnaître

 

heartSi quelqu'un aime une fleur qui n'existe qu'à un exemplaire dans les millions et les millions d'étoiles, ça suffit pour qu'il soit heureux quand il les regarde. Il se dit : "Ma fleur est là quelque part..."

 

heartIl faut exiger de chacun ce que chacun peut donner

 

heartIl est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui. Si tu réussis à bien te juger, c'est que tu es un véritable sage.

 

heartSi tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...

 

heartSi tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaitrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres.

 

heartOn ne connaît que les choses que l'on apprivoise

 

heartOn ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

 

heartC'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.

 

heartTu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.

 

heartC'est bien d'avoir eu un ami, même si l'on va mourir

 

heartIl est absurde de chercher un puits, au hasard, dans l'immensité du désert.

 

heartLes étoiles sont belles, à cause d'une fleur que l'on ne voit pas...

 

heartLe désert est beau

 

heartJ'ai toujours aimé le désert. On s'assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n'entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence...

 

heartCe qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puis quelque part...

 

heartQu'il s'agisse de la maison, des étoiles ou du désert, ce qui fait leur beauté est invisible !

 

heartSi tu aimes une fleur qui se trouve dans une étoile, c'est doux, la nuit, de regarder le ciel

 

heartMon étoile, ça sera pour toi une des étoiles. Alors, toutes les étoiles, tu, tu aimeras les regarder... Elles seront toutes tes amies.

 

heartLes gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes. Pour les uns, qui voyagent, les étoiles sont des guides. 

 

Le Sanctuaire de la Culture

Voir les commentaires

La fidélité aux petites choses

1 Août 2019, 06:32am

Publié par Nathasha Pemba

 

J'aime les petits gestes ... cela ne veut pas dire que je n'aime pas les grands gestes. Néanmoins on reste toujours marqué par ce qui nous a fait... J'ai été nourrie par la fidélité aux petites choses, voie royale qui conduit vers la fidélité aux grandes choses. Hier j'ai eu une belle rencontre avec mon " Affair Partner" qui vit en Ontario... une rencontre riche.... Riz, thé, piment, sourires, poissons, sauce, malta guiness, eau, jus, causeries sur la musique de DJ Arafat, Marley, Koffi, Petit pays, souvenirs d'enfance... Travail. 
 

Un grand travail pour tracer la voie et regarder le monde. 


Avant de commencer elle m'a offert ce présent, puis elle m'a dit: " Après avoir longtemps réfléchi à ton cadeau, j'ai pensé que ceci te plairait. Mais j'ai beaucoup aimé cette phrase... pour toi, pour nous".

 

  Je l'ai embrassée  . J'aime la phrase... et le flacon qui me fait penser à "La vie est belle" de Lancôme. J'aime les roses dans le Flacon... J'aime le fond blanc... et j'aime le cadeau parce que c'est un tapis de souris. Celui que je possède date de plus 8 ans déjà. Quand je suis allée visiter le Mont Saint-Michel un japonais me l'avait offert. Il y a deux jours le tapis s'émiettait et je riais de ma négligence... Merci car ceci est un Grand geste 

 

"Faire une petite chose est une petite chose, mais la fidélité aux petites choses est une grande chose" (Anonyme)

 

 

Nathasha Pemba

 

 

Voir les commentaires

Le livre, une douce chaine qui nous relie à l'autre

5 Février 2019, 15:27pm

Publié par Nathasha Pemba

Depuis Ponton, engagée dans un emploi administratif à temps plus que plein, je n’ai plus le temps de lire comme avant. La preuve, j’ai une pile de livres à chroniquer qui me fait des clins d'oeil tous les matins. Cependant, je reste attachée au livre mon ami de toujours, l’artisan de mes rapports humains.

En ce mois de février, je voudrais t’encourager toi, abonné et visiteur du sanctuaire à te rapprocher encore un peu plus du livre, retrouver la douceur du livre même lorsqu’il est recouvert d’un papier rude… dure. Retrouver la douceur du livre non pas comme moyen de faire impression devant le monde, mais comme moyen de détente… comme un instrument de voyage… juste pour le fun.

Pourquoi lire ?

Quel intérêt y a t-il à lire.

 

Je lis parce que j’aime lire.

L’intérêt qu’il y a à lire… c’est justement de lire <3

Dany Laferrière dit à Propos de l’écriture et de la lecture : « Apprendre à écrire permet de mieux lire ».

Pour ceux qui écrivent, je trouve cela essentiel parce que sans lire on ne peut pas écrire. 

Et moi, je pense qu’il y a dix raisons de lire :

  1. Lire est une œuvre de modestie
  2. Lire n’est pas un luxe
  3. Lire est à la portée de tout le monde
  4. Chacun de nous au moins s’il est allé à l’école doit faire l’expérience du livre
  5. Le livre nous vient en aide car il ouvre nos horizons
  6. Lire signifie qu’on a accepté de sortir de son autosuffisance pour aller à la recherche d’un monde plus grand que soi
  7. Lire aide à évacuer le stress
  8. Lire fait du bien à notre vocabulaire
  9. Elève l’esprit
  10.  Lire permet de mieux écrire

 

 

Comme disait saint Augustin : « Tolle lege »

 

Nathasha Pemba

 

Voir les commentaires

Édito de janvier 2019 : Lettre à l'Amie

6 Janvier 2019, 03:39am

Publié par Nathasha Pemba

 

Chère Amie,

 

J’espère que tout se passe bien pour toi.

 

Juste un petit clin d’œil au début de cette année 2019, pour te remercier de ton amitié. Après notre dernière discussion, je ne peux pas prétendre avoir beaucoup évolué, mais je reste dans une optique qui est celle de fournir des efforts et d’aller toujours de l’avant… Au moment je me prépare sur une deuxième édition de mon livre sur l'amitié, je me permets de te redire mon amitié à partir de ces mots que tu connais très bien... 

 

On dit souvent que « dans la vie, c’est le premier pas qui compte » et je crois que j’ai posé mon premier pas, je reste confiante pour le reste… Merci de ton soutien multiforme. Sache que je ne regrette rien de ce que j’ai dit ou fait, si c’était dans une optique édifiante. J’ai été heureuse d’apprendre des choses sur ta culture qui est si différente de la mienne. J’imagine que dans une relation d’amitié, il est fondamental de se parler, de s’écouter et de dialoguer, parce que cela permet d’avancer et de rechercher ensemble le Bien et le Vrai. Mais j’apprécie aussi nos contradictions qui me font marrer quand je suis toute seule, parce qu’en fait, je pense que c’est bien de savoir qu’on n’accepte pas tout ce que notre amie dit ou pense, et que cela n’a rien à voir avec l’amitié. En effet, comme l'a écrit Karl Barth :

 

  Nous sommes éduqués à l’humanité par l’amitié, et non seulement par les amitiés réussies et profondes, mais également par celles qui sont manquées, et même par le désir que nous ressentons de l’amitié [1].

 

 Je crois que dans la vie, quand on aime véritablement une personne, quelque soit l’orientation que peut prendre cette relation, on continue d’aimer la personne du fond de son cœur, parce que dès le départ c’était une amitié fondée sur la vérité et l’amour véritable. Je crois aussi que je t’aime d’amitié de tout mon cœur, depuis que je t’ai vue pour la première fois, et c’est ce qui compte pour moi. Un amour d’amitié qui grandit d’ailleurs et qui enrichit ma personne dans son être au monde. Tu sais ! Ce que j’ai saisi premièrement de toi lorsque je t’ai vue pour la première fois, c’était ton regard, symbole de ton corps, de ton être au monde, un regard qui restera gravé en moi, parce qu’il m’a marqué, et parce qu’il te représente toi et me permet de savoir que tu n’es ni une idée ni une formule mathématique, mais un être humain présent avec son corps et son esprit, un être qui a une identité et surtout… Bref, que tu es unique. Unique pour moi.  Dans ta personne, il y a le corps qui trouve dans le visage sa spiritualité et ses lettres de noblesse. C’est pourquoi ton visage est pour moi l’un des lieux essentiels de mon rapport à toi.

 

Chère Amie,

Merci de m’aider par tes conseils et par ton exemple à aller toujours de l’avant. Merci pour notre amitié qui donne un sens à mon être au monde. Merci d’être là ! Tout simplement.

 

Tu es dans ma pensée et je te remercie de m’avoir éclairé sur certaines réalités que j’ai toujours eu du mal à comprendre : cela ne m’a jamais gênée, au contraire c’est toujours avec joie que j’apprends tout ce qui m’est étranger, car pour moi la reconnaissance et l’acceptation de la différence sont importantes dans une relation d’amitié. À ce sujet d’ailleurs, Marie Dominique Philippe écrit :

 

L’amour d’amitié nous donne un sens tout à fait différent de l’autre : dans chaque homme, dans chaque personne humaine, il y a quelque chose que personne d’autre ne possède pas ; nous ne sommes pas le fruit d’un travail en série, mais d’un labeur unique, à commencer par notre mère dans le don de la vie et notre éducation. L’éveil de notre intelligence a quelque chose d’unique et, dans l’amour d’amitié, nous découvrons ce quelque chose d’unique à chaque personne. Nous comprenons alors que s’isoler dans la recherche de la vérité n’est pas juste, n’est pas vrai. Nous  avons besoin d’un autre, [] En réalité, nous avons toujours besoin d’un autre pour nous agrandir et nous dépasser. Dans l’amour d’un autre nous nous dépassons toujours, parce que l’amour spirituel est extatique. En aimant, nous sortons de nous-mêmes pour rencontrer l’autre, nous sommes vers l’autre et par là, nous nous dépassons. L’amour d’amitié exige donc de nous cet effort perpétuel d’extase consciente et aimante, volontaire. Nous découvrons alors que nous ne sommes vraiment nous-mêmes qu’en aimant l’autre, que dans cette sortie de nous-même, dans cette extase d’amour, dans ce don. La recherche de la vérité est très importante, mais nous devons sortir de nous-même pour être nous-même [] Dans tout amour d’amitié, deux amours se rencontrent, Et plus on aime vraiment, plus on grandit, plus on permet à l’autre d’aimer vraiment : il y a une coopération étonnante, d’agrandissement mutuel[2]

 

En effet, Si on est pareil, il y a une monotonie (une sorte de routine) qui s’installe et puis, bon ! On a l’impression d’avoir soi-même en face de soi-même, alors que l’amitié est faite pour nous enrichir dans notre personne et dans notre manière d’être au monde. Je ne regrette pas de m’être ouverte à toi, même dans mes moments de fragilité en te disant certaines choses qui ont dû te choquer ou te gêner, mais que tu as essayé d’accepter, parce que tu es quelqu’un de bien et tu penses qu’il est important, dans l’amitié de se soutenir et d’éviter de juger l’autre. Sache aussi que dans notre marche ici sur terre, je suis là, et que tu peux toujours compter sur moi en toute circonstance.

 

Cher Amie,

Merci pour les partages scientifiques, spirituels et même existentiels (religion, philosophie, société, musiques, dvd)... Cela me fait  toujours un grand bien de discuter sur autre chose que ce que je connais déjà. Te dire merci, mais aussi te dire que j'ai été heureuse de faire ta connaissance. Quand on arrive pour la première fois dans un milieu, on est tous étrangers au départ, et même quand deux regards se croisent, on sourit certes, mais chacun reste réservé... Je l’ai ressenti la première fois que je t’ai vue, mais après, en tant qu’amie, j’ai apprécié la richesse de cette relation, et que d’ailleurs, j’apprécie toujours ; En réalité, tous les moments partagés ensemble de loin ou de près constituent une richesse qui n’est pas prête d’être épuisée… une richesse que j’ai reçue, grâce à tous, mais un peu beaucoup plus grâce à toi...

 

Que notre rapport au monde soit pour nous une occasion de rechercher ce qui est meilleur et de révéler à l’humanité la grandeur de l’amitié. On me reproche souvent de dire ce que je pense, mais je suis de celles qui pensent que c’est bien dommage de ne pas dire aux gens qu’on les aime et qu’ils sont des gens bien. Je dis souvent ce que je pense quand c'est positif (même quand c’est négatif), mais je privilégie le positif, parce que je pense que chacun de nous a besoin de le savoir pour aller un peu plus loin. Plus l’Amie nous fait confiance, plus on a envie de lui plaire... plus nos proches nous font confiance... plus nous voulons mériter cette confiance pour ne pas les décevoir. C'est pourquoi chère amie, je voudrais que tu saches que pour moi, tu es simplement une fille formidable... tu es vraiment quelqu'un de bien : tu es très ouverte et tu allies bien ta culture d’origine et la culture universelle... tu es ouverte... tu es intelligente et gentille... tu sais t’adapter aux différents situations qui se présentent. Tu es respectueuse et à l'écoute de tous... Tu es dotée d'une âme délicate... âme humaine, de philosophe, d'historienne, d'artiste et de poétesse. Tes  qualités de cœur attirent la sympathie et cimentent les solides affections... c'est une si bonne chose. Si je n'ai cité là que quelques unes de tes qualités morales et intellectuelles, tu dois savoir que tu es vraiment quelqu’un de bien.

 

Si j'ai considéré le fait de t’avoir rencontrée comme un don, c'est parce que je n'ai pas pu trouver le concept exact pour le dire et aussi parce que notre amitié, ne peut pas être réduit à un concept ou à une idée... peut-être aurais-je pu parler de don ou de mystère? Je ne sais pas. Mais ce qui est sûr, c'est que notre amitié est l’un des meilleurs présents que j’ai reçu depuis bien longtemps. Je te remercie aussi pour ta simplicité... les préjugés font quelques fois que l'on croie certains froids et d'autres plus chaleureux, mais on oublie souvent que chaque personne est unique et qu'au-delà des habitudes culturelles ou traditionnelles, chacun fournit toujours des efforts dans son être au monde. Te partager quelques unes de mes expériences m'a beaucoup réconforté, car si les personnes à qui parler ne manquent pas, il n'est pas toujours possible de discuter avec tout le monde... il faut un ou une amie. Tu es vraiment un Don de l’Amitié, une étoile... un ange… un Trésor…

 

Quelqu’un me disait un jour :

 

Un ami, c’est comme une étoile…l’étoile est toujours dans le ciel, mais il n’est pas toujours évident de la voir, pourtant elle est toujours là !  

 

Je voudrais juste te dire aujourd’hui que t’avoir trouvée sur mon chemin est l’une des belles choses qui m’est arrivée. Dès que nos regards se sont croisés, j’ai su qu’on allait devenir amies. Je voudrais encore te remercier pour tout, pour tout ce que nous faisons tous les deux afin que vive cette amitié, mais surtout pour le respect que nous avons l’une de l’autre et vis à vis des autres. Quelquefois quand on se rencontre pour la première fois, on rêve tout pour son amie et, il arrive qu’on tende vers la possession. Mais grâce à ta présence-distance, j’ai toujours su équilibrer cette amitié, en écartant toute forme d’exclusivité. Mais cette présence distance ne signifie rien, puisque même en étant éloignées, je sais que nous sommes présents l’une à l’autre, à travers la lecture, l’art et la recherche de la vérité.

 

Chère Amie,

Je t’écris ceci pour te dire que je t’aime d’un amour d’amitié comme au premier jour, et je sais que cet amour évolue chaque fois que nous avons l’occasion de communiquer et d’échanger, pour son plus grand bien et de celui de l’humanité. Quand je t’ai rencontrée, je ne me suis pas posée la question de savoir jusqu’où irait notre amitié, quand est-ce qu’elle allait s’arrêter, parce que pour moi, c’est une amitié inscrite dans le temps, une amitié qui n’évitera certainement pas des oppositions, parce que le conflit est inhérent à toute existence humaine. Cependant je garde une conviction : par notre confiance mutuelle dans cette amitié, on laissera le temps la gérer sans trop se poser de questions…Notre amitié est une aventure dont ni toi, ni moi ne pouvons anticiper la fin.

 

Chère Amie,

Je vais devoir te laisser. Tu as compris que je voulais juste te dire que ta joie, ton regard, mais aussi ton silence que j’aime beaucoup resteront toujours dans mon esprit. À chaque fois que je changerai de lieu d’habitation, je penserai toujours à toi. Tu es pour moi, un véritable don, une chance que j’ai trouvée sur le chemin de mon existence.

 

Prends bien soin de toi Amie

 

(Lettre tirée dans "La place du corps dans l'amitié", publié en 2013)

 

#TraverséedeVenise

 

 

Nathasha Pemba

 

[1] Cité par Jean-Marie Gueullette, L’amitié : une épiphanie..., p. 292.

[2] Marie-Dominique Philippe, Retour à la source..., p. 399.

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>