Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Sanctuaire de la Culture

Essie Noe: Vert aphrodisiaque

21 Août 2018, 05:14am

Publié par Nkul Beti

C'est une poésie jubilation de l'éros. Les fantasmes s'impriment sur les pages, en mêlant songes et désirs, avec la compétence ponctuelle d'un enchantement des amours du corps féminin duquel "Alone with feelings/tu retires la queue entre les jambes" (p. 6-p.30).

 

L'impact du corps de la femme devient donc explosif. De fait, le plaisir du corps féminin s'effeuille, à la manière d'une "fleur bleue" (p.4), page après page, "herbe mouillée " (p.34) après "herbe mouillée" (p.34), pour dévoiler  le plus grand plaisir de l'organe qui "pénètre comme il se doit" (p.8) un "je" féminin exaltant et exalté dans une jouissance rimant en "Oh,sere mwen/Santi ko-aw tout pre mwen/E de zye-w adan tan mwen"(p.4)/ Oh, serre-moi / Sentir ton corps tout près de moi / Et tes yeux dans les miens. C'est une célébration de la chair, l'ascèse par sensation  de la joie que l'on éprouve durant l'acte sexuel. En d'autres termes, Essie dépeint les gestes et les "comportements, mais aussi sensation, images, désirs, passions" à la Foucault qui fondent un acte sexuel.

C'est une écriture poétique qui dépasse le genre sentimental et dans laquelle le génie  féminin  excelle. En effet, elle postule la déconstruction  de l'ironie de l'écrit masculin , et permet ainsi au corps féminin de se dénuder  progressivement, d'une manière ostentatoire. Ce qui ne fait plus du corps féminin un simple constituant du processus de la construction historique, cultuelle, culturelle et tout le tremblement d'un sociotope donné à la Timba Bema ( Les seins de l'amante, 2018). Plus amplement, le corps "de la belle dame" (p.12) ne se décline plus comme une commodité de satisfaction du désir sexuel des "légers va-et-vient/du membre de l'amant" (p.13) se définissant suivant le mode du cogito cartésien "je jouis, donc je suis" (Gueboguo), mais un symbole de la relation avec l'Autre et avec le monde: un fort besoin d’intimité, de  désir  et  de  rêverie,  pour  vivre et exister. Le corps féminin n'est donc plus un objet qui obéit  au dévoilement imposé et voulu par "un homme libre de son État"(p.26), mais un sujet recherchant un bonheur intérieur qui se célèbre, sens enchantés, en toute spontanéité, sans hypocrisie avec le mâle.

Dans l’opuscule de Essie, "la grotte humide"(p.13) de "la femme invisible" (p.10) est dévoilée dans toute sa splendeur, au rythme du "membre [qui] l'enfonce pour apaiser son tourment" (p.13). D'un même pas, ses secrets, ses mille et un parcours, à la rencontre de l'"homme de peu de foi" (p.38), se narrent et se montrent librement, sans brouillage référentiel ni malice stylistique. Et ce faisant, l'acte sexuel, loin de tout regard freudien, est représenté dans toutes ses différentes variations de la "brouette thaïlandaise"(p.8) aux "rousseurs amères de l'amour"(p.8) en passant par "le noir du malheur"(p.9). De ce point de vue, l'organe de l'homme, qui ne lâche  pas le "sein qu'il suce et malaxe"(p.12),dans ce processus érotique, n'est plus posé comme une finalité totale, une fin en soi, pour "une donzelle" (p.16), mais comme une sorte d'Azur à partager, à explorer.

On voit ainsi s'accomplir la prophétie  Rimbaldienne sur l'indisponibilité et l'instabilité du rôle de la femme dans les sociétés modernes, et auxquelles Breton( Lettres voyantes,1925)  suggère des répliques directes. On est d'emblée dans une écriture qui épouse l'intuition et la sensibilité des auteures telles que Lily  Agnouret et Louise Labé. Des littéraires féminins dont les écrits se sortent de la gauloiserie pour s'offrir au sentiment d'une harmonie autonome permettant à la femme de narrer et d'analyser sa féminité en rompant entièrement avec toute forme de paternalisme intransigeant.

Tout compte fait, cet opus est la "preuve que [la femme n'a] pas encore perdu le Nord/[et qu'elle est] esclave de l'amour"(p. 26).  Plus virilement, Vert aphrodisiaque se pose comme un langage féminin dont la compétence est l'expression de l’éros. La plume érotique de l'agent-écrivant togolaise Essie Noe, n'est donc pas un marqueur de  "La guerre des sexes"(p.7). Elle est plutôt un motif qui clame et réclame essentiellement l'amour sans recourir à  l'absurde et peu féconde bataille des genres. Ce, contrairement aux écrits érotiques masculins qui ont des éléments de misogynie en général.

Dans cet écrit sexualisé, il est question d’une prise  de  la  parole par Essie pour traduire l’humanisme  de l'éros et réinventer  l’individu-femme. Femme qui dit sa sexualité, raconte ses acrobaties pendant ses actes sexuels, non pas pour exprimer sa condition minoritaire ou formuler une revendication déplacée dans une société où elle est la seule à pouvoir décider de la place qu'elle voudrait occuper, mais pour accrocher le jeu jouissif des organes et des scènes qu'elle dépeint sur un fond poétique.

En somme, le penser et le dire féminin s'expriment donc dans une  forme  poétique. La  femme en  lutte, et en quête d'affirmation de l'autonomie de sa sexualité, choisit  l’écriture  pour  faire  entendre la voix du désir de son désir. Sa  voix comme  voix  de la jouissance  et  voix  du  corps,  voix  du partage et  voix  du  sexe dévoilant la posture  phallique qui dialogue avec la sensualité féminine au-delà du dire caché des pulsions sexuelles: "Vive la fiction"(p.11).

 

Baltazar Atangana Noah-Nkul Beti

Département de français

Université de Yaoundé I.

(noahatango@yahoo.ca)

Références de l'ouvrage:

Essie Noe, Vert aphrodisiaque, Shanaprod éditions, Montréal, 2018, ISBN: 978-2-9815150-5-6, 41 pages.

Voir les commentaires