Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Sanctuaire de la Culture

Quand l'Afrique s'éveille de Paul Samba

9 Mars 2020, 04:04am

Publié par Nathasha Pemba

Révolution au Paradis

 

Paul Samba scrute les moments forts de l’histoire sociale et politique du Continent Africain. Il démontre qu'on ne peut pas envisager l’avenir de l’Afrique ou son développement en se détachant de son contexte historique, politique, économique ou social. La compréhension de l’avenir de l’Afrique implique au contraire une étude approfondie de son histoire, de ses fondations, de son évolution et des grands visages qui ont marqué son itinéraire. Il accorde une importance particulière à la question de la liberté dans son rapport avec les droits de l’homme.

 

« La liberté n’est pas la possibilité de réaliser tous ses caprices ; elle est la possibilité de participer à la définition des contraintes qui s’imposeront à tous » (Albert Jacquard)

 

Dans Quand l’Afrique s’éveille entre le marteau et l’enclume, Paul Samba a ainsi étudié l’histoire de l’Afrique, de ses péripéties à travers certains visages.

 

Écrit avec un style particulier sur un ton divertissant, Paul Samba propose un véritable manifeste en s’appuyant sur les plus grands orateurs et penseurs de ce monde…

 

Ce genre qu’initie Quand l’Afrique s’éveille entre le marteau et l’enclume est original. On pourrait le considérer comme un docu-fiction parce que s’il relève de la fiction, il est, par ailleurs, bien documenté et argumenté.

 

Pour penser la question du développement de l’Afrique, l’auteur met en dialogue Nelson Mandela et plusieurs autres leaders du monde. Il adapte l’histoire de manière très pragmatique en mettant sur scène, dans un paradis imaginaire, l’élite politique du monde pour faire face au aux problèmes que connait l’Afrique. Il s’agit presque d’un mouvement révolutionnaire dirigé par un leader charismatique qui doit obtenir le soutien des autres habitants du pour renverser le système existant.

 

Au cœur de l’ouvrage, on retrouve le visage de Nelson Mandela.

Lorsqu’il arrive au paradis en 2013, il constate que dans ce nouveau pays, tout le monde parle le boétien et tout le monde vénère un seul Dieu qui prêche la tolérance et la laïcité.

 

Pour souhaiter la bienvenue à Mandela, Gandhi prononce un discours de bienvenue. Mandela en profite pour rencontrer trois personnalités qu’il affectionne : Étienne de La Boétie, Albert Jacquard et Martin Luther King.

 

Après les discours de Jacquard et de Kipling, Mandela prend la parole et dégage les lignes de son projet pour l’Afrique, car en effet, en quittant la terre des hommes, il n’avait pas terminé sa mission :

 

« (…) C’est dans ma nature de ne jamais désespérer du genre humain. Cet optimisme m’a aidé à tenir vingt-sept ans en captivité. Si je suis devenue légende malgré moi, les conseils de La Boétie y ont beaucoup contribué. Tenir un discours ferme contre la servitude fut pendant longtemps mon seul leitmotiv. (…). À tous ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur ma vie, je leur répéterai que je ne suis ni un prophète, ni un illuminé. J’ai toujours voulu être un homme libre. Et voici ma conception de la liberté : « Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous dépossédés de leur humanité ». Puissent les dirigeants africains en prendre de la graine ! ».

 

Après son discours, Mandela est convoqué par Dieu qui lui confie une mission particulière : Organiser, à partir du Paradis, des États Généraux de la liberté et des droits de l’homme en Afrique. Dieu est tellement déçu des Africains qu’il souhaite leur adresser un message. »

 

C’est ainsi qu'un jour après sa rencontre avec Dieu, Mandela réunit quelques habitants du paradis pour constituer une équipe de travail :

 

  • La candidature de Joseph Désiré Mobutu comme représentant de l’Afrique centrale est validée. Ses talents d’orateur et son séjour en enfer y sont pour quelque chose… Il s’est en quelque sorte repenti et veut se rattraper. Il a pour mission de « dresser le bilan de cinquante ans de mauvaise gouvernance africaine ».
  • Pour l’Afrique de l’Ouest le comité a validé la candidature de Léopold Sédar Senghor. Il a « la lourde tâche de proposer des solutions au sous-développement du continent »
  • Gamel Abdal Nasser représentera l’Afrique du nord. Il se chargera de démontrer la compatibilité de l’Islam avec la démocratie.

Le dernier chapitre du livre est un appel à la résistance par Nelson Mandela.

 

Le docu-fiction de Paul Samba est très inspirant parce qu’il retrace en quelque sorte l’histoire de la plupart des pays africains. Cependant, sachant que l’Afrique avait été marquée par plusieurs visages politiques féminins, j’aurais par exemple vu à la place de Françoise Giroud, Wangari Maathai. Je pense qu’une femme issue  d’un pays africain aurait mieux touché les réalités des femmes. Ce livre nous rappelle qu'il ne faut jamais cesser de rêver... Un jour l'Afrique s'éveillera ou se réveillera...

 

Je recommande la lecture de ce livre à toutes les personnes éprises de liberté et aux amis du Continent africain.

 

Nathasha Pemba

 

Paul Samba, Quand l'Afrique s'éveille entre le marteau et l'enclume, Pointe-Noire, Les Lettres mouchetées, 2019, 16 euros

 

Commenter cet article