Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Sanctuaire de la Culture

Robinson Ngametche: Être intégré ou développé ne veut pas dire nier sa culture encore moins l’oublier

23 Juin 2019, 20:47pm

Publié par Nathasha Pemba

Amoureux du patrimoine et spécialiste sur la question, Robinson Ngametche, Québécois d’origine camerounaise, PRIX DU PATRIMOINE DES RÉGIONS DE LA CAPITALE-NATIONALE (QUÉBEC) ET DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES". Catégorie "Interprétation et diffusion"  a accepté de nous rencontrer.

 

En cette belle soirée de Juin, nous voici aux Plaines d’Abraham situées dans le Vieux-Québec à côté du Parlement, non loin du Château Frontenac. Il y a six siècles environ, ce lieu avait été trouvé par un colon écossais pécheur et pilote. Au XVIII siècle, durant la guerre de Sept ans, ces terres sont la scène de la bataille des Plaines d’Abraham au cours de laquelle l’armée britannique escalade les parois abruptes de la colline de Québec dans la nuit. Il surprend les Français et les bat. Cette bataille laisse le contrôle du verrou de Québec aux Britanniques, ce qui leur donne une année plus tard le contrôle de la Nouvelle-France et la capitulation de Montréal.

 

Nous avons choisi ce lieu parce que Les Plaines d’Abraham comme lieu historique nous parlent et aussi parce que c’est un lieu qui inspire la paix et la quiétude. Quand on est à cet endroit, on a l’impression qu’on a déjà vu tout Québec.

 

Bonjour Robinson, comment vas-tu ?

Je vais très bien. Merci

 

Alors Robinson, comment décrirais-tu ton parcours ?

J’ai un parcours classique… ordinaire. J’ai étudié l’Histoire au Cameroun avant de voyager à l’université Senghor d’Alexandrie où je suis allé faire le programme du Master en développement option gestion du patrimoine culturel. De là, je suis allé en France pour réaliser mon stage au musée Aquitaine de Bordeaux. La question du patrimoine culturel immatériel m’intéressait et à partir de là, j’ai eu une ouverture pour la recherche au Canada comme stagiaire. Je suis venu à Québec.

 

Découvrir ma cité… de quoi s’agit-il exactement ?

C’est un projet d’innovation sociale et culturelle né à l’été 2017. Il vise à faciliter l’installation et l’intégration des nouveaux immigrants dans la ville de Québec à travers les principaux éléments de son patrimoine culturel. Le projet est constitué de deux activités principales : Un circuit dans le vieux Québec et un souper interculturel. Il faut noter que les circuits empruntés ont un lien avec l’immigration: la colline parlementaire, l’édifice Price, le séminaire de Québec, le château Frontenac, la place royale et le musée de la civilisation

 

undefined
Une vue de la ville de Québec

 

 

 

Tu as fait de la connaissance de l’art et de la culture de Québec ton cheval de bataille, notamment avec la connaissance du patrimoine et de l’histoire pour les immigrants… Quel objectif espères-tu atteindre avec cette implication ?     Penses-tu qu’il est possible de faciliter l'installation et l'intégration sociale et culturelle des immigrants dans la société québécoise avec ce moyen ? Quelles sont les stratégies ?

L’immigrant peut découvrir l’histoire de Québec et l’histoire des immigrants qui l’ont précédé… connaître l’histoire des autres immigrants est important. Cela permet de comprendre comment ils se sont organisés.

 

 Découvrir ma cité c’est un moyen qui facilite l’intégration des migrants 

 

Le projet « Découvrir ma cité » est comme un pont entre deux cultures. Le projet vient rallier la culture de la communauté d’accueil et de la communauté immigrante. Lorsque cela met en valeur le patrimoine culturel de la ville et des québécois. Cela met aussi en valeur le patrimoine culturel des immigrants parce que ce patrimoine est appelé à être conservé, à être transmis aux générations futures. Cela facilite l’intégration et développe un sentiment d’appartenance à la ville.

 

 

Il y a une phrase qui dit presque tout de la ville de Québec : « l’accent d’Amérique ». Pour moi cela signifie beaucoup de choses, pas seulement l’Amérique, mais le monde dans mon imaginaire. Alors dans quels musées de Québec notamment as-tu eu l’impression d’être dans une dimension totalement universelle ?

Bien évidemment. Quand je visite par exemple le Musée de la civilisation, il y a des exposés qui renvoient non seulement à la culture québécoise mais aussi à la culture des autres communautés. En 2017, il y a eu une exposition qui portait sur l’Égypte ancienne. Pourtant cela n’a rien à voir avec la culture québécoise, mais le musée c’est un temple du savoir. Il ne représente pas seulement la culture de la localité. Il représente aussi la culture du monde entier, la recherche… Dans chaque musée il y a toujours un volet recherche que l’on met en valeur et tout le monde peut s’y retrouver… Lorsqu’on se promène dans la ville de Québec, on a l’occasion de voir les marques des autres communautés. Il y a par exemple, la rue des Poètes, une rue intégrée dans le circuit « Découvrir ma cité ». C’est une rue réservée aux poètes internationaux… bien au-delà. Ce sont des poètes de renom… ce ne sont pas des poètes québécois mais des poètes du monde… À la place de l'Assemblée Nationale au pied de la porte Saint-Louis, il y a le buste de Gandhi… Nous connaissons tous l’histoire de Gandhi démocrate et apôtre de la non-violence. Et quand on arrive à Québec, cela nous donne un sentiment d’appartenance à une certaine culture de la Paix, de l'amitié, de la fraternité et de la non-violence… et Québec c’est un peu cela

Musée de la Civilisation à Québec

 

 

Nous avons tous droit à un lieu qu’on aime, qui nous remet les pendules à l’heure, alors quel est pour toi le Musée où le patrimoine qui te parle le plus ici à Québec ? Et pourquoi ?

 

La ville de Québec est une ville patrimoniale, une ville classée sur la liste du patrimoine mondial. C’est un label, un objet précieux que les spécialistes du patrimoine aimeraient découvrir. J’ai découvert la ville de Québec avant d’être à Québec. Quand j’étais à l’université Senghor d’Alexandrie, nous travaillions surs les patrimoines mondiaux de l’UNESCO. Il y a notamment le Musée de la civilisation qui est un musée avec une renommée mondiale…

Ce qui m’attire dans la ville de Québec, c’est premièrement son caractère patrimonial, deuxièmement c'est le Musée de la civilisation qui renferme les collections des objets de la culture pas seulement des québécois mais aussi de toutes les communautés culturelles qui sont passées par ici.

 

https://www.youtube.com/watch?v=8G-JC77ipi8

 

Immigrants et Culture… Cela me fait penser à une citation qui revenait sans cesse au lycée : « La culture c’est ce qui demeure dans l’homme lorsqu’il a tout oublié »… C’est d’Émile Henriot je crois… quel lien ferais-tu ?

 

Chacun est libre d’adopter sa culture d’origine ou la culture de sa communauté ou de sa ville d’accueil. Je dirai que la communauté en général c’est quelque chose qui est spécifique à quelqu’un. J’ai une culture, tu as la tienne, le Québécois a la sienne. Une personne qui quitte son pays et qui arrive dans un nouveau pays est libre d’adopter entièrement la culture du lieu qui l’accueille ou faire la cohésion de deux cultures… ne pas se détacher entièrement de ses origines mais garder des marques ou bien s’intégrer dans la culture de l’autre. Les deux ne sont pas incompatibles. Être intégré ou développé ne veut pas dire nier sa culture encore moins l’oublier.

La culture c’est la manière de comprendre le monde, de fabriquer des faits sociaux… Dans chaque culture il y a des points positifs et négatifs.

 

Robinson nous parle de sa philosophie de vie et de bien d’autres choses encore… Cliquez sur la vidéo…

 

https://www.youtube.com/watch?v=kfG1iIsDDZM

 

Les projets de Robinson… Cliquez sur la vidéo ci-dessous

 

https://www.youtube.com/watch?v=72xCrZfezjg

 

 

Interview réalisée par Nathasha Pemba

Commenter cet article