Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Sanctuaire de la Culture

La danse congolaise contemporaine, par Juvénale Obili

16 Juin 2018, 13:04pm

Publié par Juvénale Obili

Marcher. Parler. Bouger. Courir. Tout constitue une danse dans la nature. Celle-ci est définie comme un mouvement du corps exécuté en cadence, à pas mesurés et au son d'instruments ou de la voix. Qu'en est-il donc de la danse dite contemporaine ?

 

Ce terme s’oppose à celui de danse classique. Pourtant, l'on peut dire que la danse contemporaine garde les techniques de la danse classique en y apportant une touche d'improvisation et donc la liberté d'expression du corps suivi de ses mouvements.

Ce type de danse voit le jour après la seconde guerre mondiale aux États-Unis et en Europe. Elle a été inventée principalement par l'américain Merce Cunningham.

 

Cependant, la danse contemporaine ne trouve pas une définition exacte, d'autant plus qu'elle se caractérise par différents styles comme le classique, le moderne, voire le jazz pour certains chorégraphes. Cette danse a fini par séduire plus d'un et a traversé les frontières. Elle s’est retrouvée en République du Congo il y a quelques décennies.

 

Nous sommes allé à la rencontre de Zeli Mbanzila au centre culturel Sony Labou Tansi du Congo pour connaître l'histoire de cette danse à Brazzaville.

Zeli Mbanzila est l'initiateur du groupe Échos de Brazza et en même temps directeur artistique du festival Mvukan'Art qui sera organisé en 2020 au Congo. Mvukan'Art est né d'un groupe de onze jeunes qui constituaient le groupe Balaie ''Tienri'' (une mouche qui pique ) : un grand et ancien mouvement de danseurs contemporains qui avait du succès. Ils ont d’ailleurs reçu le prix RFI en 2000.

 

Pour Zeli Mbanzila, la danse contemporaine est une passion à côté d'une profession qu'on a au départ même si plus tard il en a fait son gagne-pain. Il la définit comme une danse tradi-moderne très sophistiquée. Selon lui, cette danse s'accompagne de la musique au rythme varié : Kingoli, Moyi, Bembé, Kongo etc... Ce, pour valoriser la musique et la danse traditionnelles du Congo. C'est d'ailleurs la vision de ce danseur contemporain qui livre des prestations dans des spectacles occasionnels afin de faire vivre cet art au pays. Toutefois, cette vision est énorme, puisqu'elle regarde aussi le côté patriotique : participer aux grands festivals qui se déroulent à l'extérieur du pays afin d'envoyer le signal fort qui consiste à dire que cette danse existe bel et bien au Congo. Par contre, les danseurs contemporains rencontrent assez de difficultés vu le manque de soutien du ministère de la culture. Par exemple, certains d'entre eux ont des ambitions d'intégrer les écoles occidentales afin d'en apprendre d'avantage mais n'ont pas de moyens financiers pour réaliser leurs rêves.

 

Cet art méconnu par beaucoup de congolais vaut d'être considéré par les acteurs culturels car c'est une valeur ajoutée à la culture congolaise. Tout comme la musique trouve sa place dans la culture, la danse contemporaine la mérite une également.

 

Pour admirer cet art de près, il faut pouvoir assister à une performance que peut organiser des danseurs en tout lieu public comme en plein marché par exemple. Ainsi, la performance est à la danse contemporaine ce qu'est l'A capella à la musique ou encore l'extrait d'un film pour le cinéma.

 

Ce qui éblouit devant une scène de danse contemporaine c'est cette connexion que les danseurs créent avec le public. Celui-ci se retrouve emporté par ces expressions de corps mouvementés soit par la musique soit par une histoire racontée à travers la danse animant le moment précis. Cela invite souvent la sensualité sur la scène. Ce côté sensuel ne laisse pas indifférent l'esprit féminin. Les jeunes femmes se mettent aussi à la danse contemporaine avec une sensibilité énorme qui les connecte à leurs esprits ne demandant qu'à s'exprimer. Cela explique par ailleurs la question selon laquelle la danse contemporaine serait dite des esprits. En effet, celle-ci joue avec la communication spirituelle dans un silence époustouflant ou encore au son d'une certaine cadence à la base classique ou traditionnelle. C'est donc une danse qui émeut en tout premier lieu l'esprit.

 

La spécialité de cette danse réside dans son potentiel. Elle s'ancre dans le domaine de l'art avec n'importe quel artiste qui peut paraître sur scène. La plupart des spectateurs aiment ce genre de surprise. Pour ma part, ce qui séduirait le plus mon esprit, c'est une scène de danse contemporaine, accompagnée d'un slameur, au rythme du son d'un tam-tam, dans une salle aux lumières somptueuses.

 

Le souhait des danseurs contemporains aujourd'hui est de promouvoir la danse contemporaine au niveau national afin de trouver du soutien pour pouvoir aller représenter le Congo à l'extérieur.

 

Ce qu'il y a à retenir ici est qu'au milieu des artistes peintres, musiciens, écrivains et bien d'autres, la culture congolaise regorge également en son sein la danse contemporaine qui n'est le moindre dans le monde artistique.

 

Qu'en est-il du groupe Échos de Brazza de Zeli Mbanzila ? Pour leur multiple séances de répétitions, ils se retrouvent du lundi au vendredi dans une fourchette d'heures allant de 09h à 12h et de 12h à 14h au centre culturel Sony L.T situé dans l'arrondissement 2 à Brazzaville.

 

 

Juvénale Obili, Bloggueuse

 

 

Commenter cet article