Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathasha Pemba- Le Sanctuaire de la Culture

J'ai rêvé d'une entreprise 4 étoiles

21 Avril 2018, 07:39am

Publié par Juvénale Obili

« Jeune homme, jeune femme, si tu chavires,

Ne méprise pas ta jeunesse et va au bout de tes rêves.

À toi qui liras ce livre,

Ne vis pas une vie qui n'est pas la tienne. »

 

C'est sur cette note que Hem'Sey Mina débute son premier livre intitulé : « J'ai rêvé d'une entreprise 4 étoiles : Parcours de jeunes auditeurs financiers ».

 

Paru aux Editions L'Harmattan, ce récit est subdivisé en trente-trois chapitres. On est tout de go curieux de savoir qui fait son entrée sur la scène littéraire francophone avec un ouvrage de 220 pages.

 

Hem'Sey Mina est un auteur Congolais résidant en France. Jeune diplômé d'école supérieure de commerce, il travaille dans la finance d'entreprise. Dans ce récit, il évoque le parcours des jeunes auditeurs financiers comme le précise le sous-titre.

Fiction inspirée de la vie quotidienne, ce livre est en quelque sorte le témoignage d'un groupe de jeunes diplômés d'école de commerce travaillant dans la finance. Ils nous parlent de leur vie professionnelle.

 

Ce récit est également une pensée à l'endroit des étudiants qui intègreront le monde du travail pour leur signifier que le choix professionnel est très délicat car il détermine notre mode de vie. Ne jamais ignorer ses rêves au profit d'un travail s'avère nécessaire. Pourtant, le rêve ici est vu comme un complexe et un désir de se retrouver quelque part sans l'idéaliser par soi-même. Y aurait-il une éventuelle distinction entre deux sortes de rêves que l'auteur nous présente ? Le rêve ''sûr'' qui naît d'une vocation profonde et le rêve ''douteux'' qui naît d'une conviction éphémère. Il se pose donc dans ce récit, une problématique sur l'intérêt qui guide l'homme.

 

Par ailleurs, on croirait que ce récit est une dédicace spéciale, pour ces étudiants, de la part de l'auteur qui joue un rôle de narrateur omniscient à travers Éden. Un personnage au centre de l'histoire. Ce protagoniste est un jeune de 26 ans qui trois ans plus tôt, a réalisé son rêve : celui de travailler dans une grande entreprise. Une aspiration qui lui vient de ses anciens professeurs à l'université qui leur exposait un monde tout à fait confortable en imaginant ce que peut être travailler avec une bonne rémunération. Épouser ce rêve va s'avérer être une belle erreur qui va conduire Éden dans une vie sous pression au quotidien. Tiraillé entre le travail, l'ambiance qui y règne avec ses supérieurs, ses collègues tout à fait perdus comme lui pour certains et surtout sa vie personnelle à laquelle il s'efforce de donner un peu d'attention afin de profiter de sa jeunesse. Chemin dur et rocailleux, le rêve acheté ne lui réussit pas tout à fait. Face à ses compétences, il reconnaît avoir brûlé une étape que les cendres réclament.

 

Pourquoi Hem'Sey M. choisit « J'ai rêvé d'une entreprise 4 étoiles » pour titre ? Cette question nous renvoie automatiquement aux pages 33 et 34 sur lesquelles l'auteur nous explique non seulement la motivation mais aussi l'enthousiasme d'Éden et ses collègues à travailler en audit.

 

Il y a beaucoup de personnages que Hem'Sey M. peint dans ce récit et, chacun d'eux constitue la trame de celui-ci. Toute une histoire compilée d'après l'expérience de chaque personnage jouant sa partition. Le lecteur se trouve tout de suite une place de choix pour écouter l'auteur raconter ses expériences sur le plan relationnel et professionnel. Avec beaucoup de tact et une habileté à prodiguer des conseils au lecteur progressivement dans la lecture, cet aspect se décrit bien dans chaque chapitre, son intitulé, le proverbe ou la citation introduisant le sujet.

 

Dans ce récit, on retrouve deux poèmes respectivement sur les pages 19 et 207. L'un parlant de la réussite et l'autre du sacrifice. On décèle beaucoup d'imagination dans la description propre au goût de l'auteur, notamment sur la p. 84 où l'on découvre l'expression « envelopper le silence » et à la p. 87 où l'on se demanderait ce que c'est « un corps disponible » dans le contexte évoqué dans le texte.

 

Hem'Sey M. présente là un style d'écriture qui fait penser à Sony Labou T. qui disait sans cesse : « On n’est écrivain qu'à condition d'être poète. »

 

Juvénale Obili

 

Références du livre,

 

Hem'Sey Mina, J'AI RÊVÉ D'UNE ENTREPRISE "4 ÉTOILES", Parcours de jeunes auditeurs financiers, Paris, l'Harmattan, 2014.

 

Commenter cet article