Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nathasha Pemba- Le Sanctuaire de la Culture

Le Tchad de nos rêves : Regarder d’où on vient pour savoir où on va

23 Mars 2018, 19:16pm

Publié par Mirabelle Nsikahana

Psychiatre, militant anticolonialiste, fondateur du courant tiers-mondiste ; Frantz FANON a légué à la postérité un impressionnant héritage littéraire, une œuvre d’une étonnante actualité. Dans l’un de ses célèbres ouvrages, Les Damnés de la terre, l’écrivain rappelle avec véhémence que ‘‘ chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir’’. Plus qu’une citation, cette assertion trouve écho, presque un demi-siècle plus tard auprès de deux sœurs sahéliennes originaires du Tchad.

 

Yousra et Bouchra N’DIAYE ont, en effet découvert leur mission d’édification et d’enseignement  qu’elles ‘‘remplissent ‘’parfaitement en signant leur roman, le premier, je l’espère, d’une longue liste à venir. Une ingénieuse façon de coucher sur le papier les idées fécondes qui taraudent leur esprit, de les formaliser et d’influencer positivement toute une génération.  De l’idée au projet ! Du projet à l’action ! De l’action au résultat. Tout doit avoir un début.

 

Titré Le Tchad de nos rêves, le récit s’inscrit aussi bien dans le cadre d’un essai politique que dans celui d’une sorte de mission d’audit /consulting dirigée par deux jeunes femmes soucieuses de partager avec leurs compatriotes ou mêmes d’autres jeunes, les constats relevés sur l’état de leur mère patrie, partant de l’observation objective d’une société en proie à de nombreux maux difficiles mais pas impossibles à éradiquer : corruption, clientélisme, obscurantisme, violence,  radicalisation, conflits ethnico-religieux, tribalisme.

 

Cette observation est ensuite passée au tamis de diverses expériences vécues directement ou indirectement lors de leur  retour au pays natal après des années d’absence.

 

Au-delà de conter juste des faits, les jumelles livrent leurs souhaits, ambitions et rêves avec à la clé des propositions de solutions concrètes pour sortir le pays de l’ornière d’une part, mais aussi pour favoriser d’autre part, l’émergence d’un Tchad nouveau. Un Tchad dans lequel, justice, respect, paix, tolérance, courage, sens du devoir et équité, des valeurs nobles auxquelles tout citoyen aspire, prévalent et prédominent.

 

Le Tchad de nos rêves c’est donc d’abord la vision et l’analyse critique par deux jeunes femmes d’une société dont elles ne s’excluent en aucun cas. Bien au contraire. Elles en font partie mais font juste preuve, en bonnes intellectuelles, d’un réalisme à toutes épreuves qui leur permet de prendre suffisamment de hauteur et d’en dénoncer les aberrations, les incongruités, les paradoxes. Pour ainsi dégager les pistes d’amélioration. C’est ensuite une invite à la rupture complète avec les mauvaises pratiques des générations antérieures qui n’ont pas porté de fruits, la prise d’un nouveau départ, le refus de se faire instrumentaliser et  niveler par le bas. Un appel à la recherche permanente de l’excellence. L’image illustrative du livre montre d’ailleurs deux jeunes filles qui s’aventurent vers un chemin sans traces de pas, une façon de dire qu’il faut sortir des sentiers battus et emprunter d’autres voies, repenser un TCHAD nouveau, différent.

 

Un tantinet patriotes, les auteures refont un flashback analysant de leurs propres mots et ressentis les principaux événements politiques, économiques et sociaux marquants ayant jalonné les grands moments historiques du Tchad.  Sont ainsi abordés avec lucidité, recul et acuité, des thèmes comme la dictature, la démocratie, les conférences nationales souveraines, la méritocratie, base d’une société saine et débarrassée de tout vice, l’éducation, la question épineuse du genre notamment la place et le rôle de la femme dans la société tchadienne… Plus particulièrement, le petit retour dans ce qu’elles appellent  ‘‘ les 30 tourmentées ’’ qui s’apparentent d’ailleurs au 30 glorieuses du Congo permet d’appréhender l’histoire du Tchad, celles des autres nations colonisées ,le découpage de l’Afrique à la conférence de Berlin, de comprendre les changements intervenus pour l’accession à l’indépendance et surtout de connaitre le paysage politique tchadien et les systèmes de gouvernance des années 1960 à 1990. Regarder vers les erreurs du passé pour corriger le futur, le paysage tchadien actuel est forcément la résultante de l’ancien. ‘‘Regarder d’où on vient pour savoir où on va ’’ affirment elles

Ce  livre nous fait prendre conscience qu’être jeune  est un pouvoir immense, une grande responsabilité. Plus que jamais, nous pouvons et devons être le changement que nous voulons voir dans notre environnement. Il suffit d’y mettre un peu de volonté. Nous avons une partition à jouer, un dynamisme à impulser, des voix à faire entendre, des avis à donner, des positions à adopter, un changement à opérer aussi incrémental soit-il. Peu importe que notre action soit limitée par une kyrielle d’obstacles, nous devons garder à l’esprit le souci de toujours bien faire. Si chacun se contente d’exceller dans son domaine de compétence précis et de poser des actions utiles, le résultat agrégé conduira forcément à quelque chose de positif. Nous sommes en réalité la couche sociale majoritaire de nos nations respectives, nous serons donc amenés à reprendre le flambeau, peut-être même plus tôt que nous ne le pensons. S’il revient aux gouvernements de définir les grandes politiques, de formaliser des cadres favorables ou des mécanismes participatifs pour la jeunesse, il nous appartient en dernier ressort de faire preuve de discipline, de courage, de rigueur, de travailler avec acharnement et de ne pas perdre espoir. Le succès est au bout de l’effort et de la persévérance. A ce propos, la phrase conclusive de Bouchra est très évocatrice :

 

‘face à tous ces types d’obstacles, il faudra opposer de l’abnégation, de la persévérance, de la hauteur de vue et d’esprit. Car comme disait quelqu’un, c’est grâce au feu que l’on produit du bon acier. De plus, il est primordial toujours croire en soi et en ses rêves, et de se rappeler que le voyage de 2000 kilomètres commence par un pas’’

 

Facile à lire, 120 pages au total, environ six heures pour les lecteurs rapides, le TCHAD de nos rêves est un ouvrage qui fera le bonheur des jeunes africains en perpétuel questionnement sur le devenir de leur nation, sur l’attitude et les comportements à adopter en tant que jeune pour marquer de leur sceau l’histoire de leur pays. Les références aux leaders comme Barack Obama ou Nelson Mandela avec sa philosophie du ‘Ubuntu ‘’’ contribueront à renforcer l’idée selon laquelle seule l’audace d’espérer demeure par-dessus tout l’élément déclencheur de toute réussite et qu’il nous faut nous accepter tous en tant qu’humains en dépit de nos différences de culture, d’ethnie, de religion ou  de nos divergences d’opinions. La petite dose d’humour tout le long des chapitres sera l’excellente cerise sur le gâteau qu’on savourera en guise d’accompagnement en feuilletant allègrement les pages.

 

Mirabelle Nsikahana

 

Références de l'ouvrage

Yousra A. NDIAYE, Bouchra A. NDIAYE, Le Tchad de nos rêves. La saveur de l'espoir, Paris, L'Harmattan, 2017.

 

 

Commenter cet article